L'art de construire

 

Créer sur commande

Le maître d’ouvrage est pour l’architecte, l’idée première. Sans maître d’ouvrage, l’architecte ne crée pas.

Se donner le temps de réfléchir

Que ce soit dans la commande privée ou dans la commande publique, tout projet, quel qu’il soit, dépend étroitement de la qualité du programme, car de lui dépend la qualité de la réponse architecturale.

Dans la commande publique, la programmation est une phase qui échappe, la plupart du temps, complètement à l’architecte. La programmation privée cerne les buts poursuivis et les attentes du Maître d’ouvrage dans un dialogue dynamique avec l’architecte.

Le rôle de l’architecte dans la programmation est de laisser s’épanouir l’utopie tout en ne niant pas la réalité pour que le projet puisse éclore. Il propose, il explique, il conseille. Il n’a rien à vendre d’autre.

Construire en papier

Le plan est le cœur du métier.

C’est lui qui donne la cohérence au grand puzzle qu’est le projet, qui sert de référence absolue tout au long de la construction.

Le plan ou plutôt les plans sont une anticipation précise et méthodique du bâti et de ses usages dans tous ses aspects au centimètre voire au millimètre près : les imbrications des différents éléments, des volumes, des réseaux techniques mais aussi, les matériaux, la mise en situation avec l’environnement etc…

L’ancêtre du plan, la maquette, est plutôt utilisée aujourd’hui à des fins de communication. Elle demeure inégalée malgré l’efficience des technologies 3D, pour expérimenter les sensations des volumes et des proportions sous la lumière du jour.

Construire en papier permet de trouver le juste équilibre entre le rêve et la réalité.

Passer à l’acte

Le projet quitte le giron de l’architecte et de son maître d’ouvrage pour passer en jugement administratif avec les procédures juridiques du Permis de construire.

Ses plans et la description des prescriptions sont soumis aux entreprises. Un des premiers actes de l’architecte est de planifier leurs interventions dans le temps pour une progression harmonieuse du chantier mais aussi pour des raisons de sécurité du travail.

La première pierre, ou plutôt la première tranchée, d’une construction neuve est toujours un moment spécial, entre soulagement et espoir.

Maintenir le cap

Le chantier est comme une mer houleuse.

Les entreprises ont leurs propres motivations qui rejoignent souvent celles de l’architecte et du maître d’ouvrage, mais parfois non. Elles ont à faire face à de multiples aléas qui peuvent faire tanguer les plus compétentes et les plus fiables.

Le rôle de l’architecte est de trouver des solutions qui évitent le naufrage et la défiguration du projet, de rappeler à l’ordre, mais surtout, de communiquer, de motiver, et de partager cette fierté du travail bien fait commune à toutes les professions du bâtiment.